18 février 2018

tu as parlé de mystère,
de magie
ou de vacances au centre de ton cœur.
Me donnais-tu le droit de respirer trop vite ?

(Roger Des Roches, Le verbe cœur)

***

Une petite vacance vient de s’ouvrir au centre de mon cœur. C’est un espace où la peur n’a pas de pogne, où İstanbul n’a pour toute couleur que le bleu éternel, bleu doré au soleil, aux reflets œil-de-goéland. Mon regard ne tient qu’à un fil – un rayon? -, mais je m’ouvre à cet espace comme à un avenir aux bras longs.

Certaines journées coulent, liqueur versée exprès pour ces verres qu’on fait disparaitre avant même qu’ils soient vides. Ainsi la nuit n’est pas encore finie qu’à nouveau le jour se lève. Je n’ai le temps pour rien… et cela me convient parfaitement.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s