2 mars 2018

chance donnée à la matière qui rêve.

(Roger Des Roches, Faire crier les nuages)

***

La matière qui constitue mon corps rêve. Et ses marches noctambules sont encore peuplées de mains et de bras, surtout de bras – ceux qui en mesurant la distance la comblent forcément, se rapprochent jusqu’à se rentrer dedans… La piqûre du bout des ongles sonne, réveillant la douleur et la douceur qui somnolaient ensemble sous le tremblement nécessaire et quotidien, cuillère inconsolable.

Il y a des jours où une chance m’est donnée de descendre sous mes paupière, d’y percer de nouveaux trous pour y faire entrer le soleil, la couleur, les taches du léopard vivant féroce. Il serait temps que je voie que mes yeux aussi sont multicolores.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s