8 mars 2018

Les cercles sont bien huilés

ils contiennent le monde

(Guillaume Apollinaire)

***

Il y a le serpent qui se mord la queue, et il y a moi, la serpente qui se mord la joue jusqu’à l’entailler. Il y a en moi ce désir de tout dire, d’être transparente ou plutôt réfléchissante comme la baie de Moda, et il y a concurremment cette envie de garder pour moi certaines profondeurs, bouquets d’algues et de senteurs.

Dix-sept-mille pas : voir dans ce nombre autant de gouttelettes, autant de mondes entiers définis par elles et teintés par les raisons pour lesquelles elles tombent. M’accrocher, même si c’est à l’huile, m’accrocher comme le soleil.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s