12 mars 2018

Quand s’enflamme la voyageuse
aux figures imaginaires
une histoire simple
devient une épopée

(Claudine Bertrand, Tomber du ciel)

 

***

 

Ça prend beaucoup de fotoğraf avant que les choses deviennent simples. Beaucoup d’insistant.e.s avant de comprendre que la pression interne doit sortir. Beaucoup de goéland.e.s avant de saisir le bon au vol : celui-ci me montre son ventre, ses flancs et défauts, et j’aime l’agripper ainsi sur l’image, j’aime que ses plumes sèchent au même vent que les miennes.

La voyageuse n’en est plus une, et pourtant ses histoires deviennent toujours épopées, comme si le voyage ne voulait plus partir d’elle. Comme si la question pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué? ne comportait aucune ironie. Comme s’il n’y avait ni noir et blanc, ni couleurs – qu’un monochrome changeant sous le soleil.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s