21 mars 2018

Any plan we made was betrayed by the symmetry. We do not fill in, we complete the world.

(Pavlos Nikolakopoulos, Eğik/Oblique)

***

Et le monde nous complète, ai-je envie d’ajouter. Orhan Pamuk a agencé les objets de son Musée de l’innocence pour que l’histoire de Kemal prenne des dimensions tangibles pour nous, visiteur.se.s; oui, il a pensé à nous, mais tout bon écrivain qu’il soit, il n’a pas pu penser comme le monde pense à nous : il est allé où il devait, et chaque décision qu’il a prise a touché (ou touchera) l’un.e d’entre nous d’une manière inédite et incomprise.

Nous attendons / la symétrie mais il n’y en a pas, il n’y a pas non plus de réciprocité parfaite, que des chaines auxquelles ou dans lesquelles on s’accroche. En attendant (que le monde nous donne pour donner), c’est nous-mêmes que nous trahissons.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s