24 mars 2018

Dans une autre ville
dans un autre lit
j’étais une autre femme

(Hanadi Zarka)

***

Ma ville existe ici aussi. Aussi tangible que mon corps, ou plutôt aussi tangible que le mot corps. Aussi porteuse de possibles et d’impossibles (et de moi qui en suis le fruit). Ma ville est un mot que personne n’avait lu avant moi, sur une carte du monde affichée trop haut sur le mur.

Je pense à toutes ces versions de moi que presque personne n’a lues avant moi, et que personne ne lira plus. Celles qui ont été froissées comme un drap après la sueur puis lancées dans une corbeille. Celles qui sentaient l’incendie ou le métal gris, pas encore le jasmin. Celles qui ont été effleurées du nez, attrapées à pleines poignées, évitées. Et je les épingle où elles vont : sur une ville, sur un souvenir.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s