1er avril 2018

Ah! le doux bouillonnement du samovar… […] Il ne pouvait en sortir qu’odeur, vapeur et bonheur du matin.

(Sait Faik Abasıyanık, Le samovar)

***

Je reporte souvent mon bonheur du matin à l’après-midi, parce que je crois profondément que le bonheur prend du temps. Je me suis aussi tellement imposé l’attente dans ma vie que je suis devenue convaincue de ses vertus, à tort ou à raison. Je ne boude pas mon plaisir, non; je ne fais que le reporter.

Ainsi ma vie fonctionne-t-elle comme un système de récompenses, un tapis roulant sur lequel je salive en marchant, toujours plus de pas, canne ou pas, sur lequel je mouille – ma tasse de thé, mon lahmacun, mon amoureux à venir. Je bouillonne déjà en avançant et je ne comprends pas que je suis le liquide désiré. Je suis la femme samovar, je suis ma propre récompense.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s