14 avril 2018

Tout entier gloire
Tout entier vin
Tout entier amour

(Zareh Khrakhouni, « Noël » dans Nuages et sable dans ma paume, trad. Marc Nichanian)

***

Le ridicule est parfois nécessaire pour qu’apparaisse la réalité dans toutes ses couleurs. Comme si ça prenait la chute risible (car sans conséquence) d’un chaton ou l’insulte grosse comme Sainte-Sophie pour que je saisisse l’ampleur de l’espace que je trimballe avec moi : oui, tu peux marcher sur mon pied sans problème, pardon de ce que tu empiètes sur moi, il n’y a pas de mal à me faire pleurer –

Aujourd’hui, être tout entière ce que j’aime le plus, ce qui me fait vibrer; être la vibration même au coeur des tulipes, celle qui leur donne la teinte lila ou ruj (ok, kırmızı), être vin et amour puisque c’est souvent la même chose – être / moi aussi / la même chose.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s