21 avril 2018

It’s natural to be overwhelmed.

(Jack Underwood)

***

Comme il est aussi naturel d’être sous-mergé. J’ai renoncé il y a quelque temps déjà à croire en cette sacrosainte abstraction qu’est l’équilibre. Et cesser de s’attacher à son atteinte, c’est aussi cesser de s’attacher à la satisfaction, du moins à une satisfaction qui se prolongerait. C’est s’en arracher, mais avec douceur, comme on distrait le chat de la chaleur du sol en agitant un bracelet.

En ce moment de mille choses à faire, je me rends compte que mille comprend aussi trois zéros. Et qu’il y a l’espace autour de moi, cet espace rythmé par les dernières gouttes d’eau avant l’été, pour que j’insère ces zéros – ces beignes remplis de vide ou de sucre, selon le regard qu’on adopte.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s