27 avril 2018

Que penser de cet instant magique où je compris à la seconde même que je pouvais appartenir à ces lieux ?

(Sébastien de Courtois, Un thé à Istanbul : Récit d’une ville)

 

***

 

Ces lieux sont plus grands qu’une personne. Ces lieux sont si vastes qu’ils peuvent rattraper ma perspective lorsqu’elle penche et qu’elle laisse le danger glisser vers moi. Il y a ici autant de cœurs qu’il y a de bouts de plastique dans la mer – ou peut-être devrais-je plutôt compter les anchois, hamsi, dont le nom évoque déjà le triste destin : hameçon.

J’ai appartenu à cette ville magique dès l’instant où j’ai posé le pied à la sortie de l’aéroport Atatürk. Toujours quelqu’un ou quelque chose a pris le relais, autant quand je me tenais que quand je tombais. İstanbul est la ville du donner au suivant : l’amour que tu m’as donné est plus grand que toi.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s