2 mai 2018

There is nothing you can see that is not a flower;
there is nothing you can think that is not the moon.

(Matsuo Basho)

 

***

 

Ce chat à l’œil fuyant et à trois pattes est venu s’assoir sur mes genoux pour lire et partir en Égypte avec moi. Pendant les quinze minutes de son petit corps de chat laissant ses poils noirs sur mon t-shirt blanc et ses poils blancs (et sa poussière) sur ma jupe noire, j’ai senti la longueur en lèvres et la langueur en bouche du mot félicité. Pourquoi la poésie, pourquoi la littérature, pourquoi les mots, même? Pour tourner autour de la lune, inlassablement, et retourner la terre des fleurs derrière les oreilles d’un chat.

Pendant quinze minutes, je me suis prise pour le sable sous le sphinx de Gizeh. La clé de l’énigme reposait quelque part en moi; je n’avais même plus besoin de la chercher.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s