3 mai 2018

Something they told me
The afternoon and mountains.
I’ve yet lost it.

(Borges)

***

Je ne sais pas par où commencer tant les fulgurances pleuvent comme des mouches dans mon thé au jasmin odoriférant. Je les repêche tout juste qu’elles m’échappent des doigts, et à force de pourquoi? je perds mon chemin, couchée en étoile sur le Bosphore alors que des spasmes fourmillent dans mes jambes.

Trop de temps, pas assez de temps, valse à trois temps. L’après-midi, les montagnes, le chat qui dort à l’ombre d’un tombeau : et moi au centre de cette trinité, j’apprends à relaxer mon bras, à prendre une pause de donner… et de recevoir.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s