4 mai 2018

tu devras devenir ton propre temps
la même idée
cent fois trempée dans le silence

(Nicole Brossard, Temps qui installe les miroirs)

 

***

 

Il y a un temps pour la vie ici et un temps pour ailleurs. Chaque lieu est générateur de son propre rythme, conjonction des horloges de chacun.e de celleux qui y habitent ou passent; ainsi au sein d’une personne se vit-il sans cesse, au gré des déplacements, une collision créatrice d’un temps unique, qui allie les battements de son cœur rose (incarnadin, cuisse de nymphe ou, dans le cas qui m’intéresse, thé) aux éléments qui l’agitent : soleil stencil, eau rampante, brouillard enlevant.

C’est paradoxalement à Istanbul que j’apprends à ralentir ma fréquence. Peut-être parce que c’est la ville de l’attente? Et je n’ai pas besoin du silence extérieur s’il trempe déjà dans ma tasse, idée d’un Nescafé déca venu d’Italie.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s