11 mai 2018

Rüzgârın penceresini açtım
çay içebiliriz balkonda

(Refik Durbaş, « Çay », dans Sözcükler no 73)

J’ai ouvert la fenêtre du vent
On peut boire un thé sur le balcon

(traduction libre)

***

L’inquiétude est un drôle d’objet : on sait qu’elle passera lorsqu’on en aura assez ou lorsqu’en rêve on aura ouvert la fenêtre du vent. En turc il y a un temps pour le futur très incertain et deux autres pour ce qui est plus sûr; je sais parfaitement lequel utiliser pour le souci qui trois fois passera / le dernier y restera.

Ce qu’il en reste, en fait, c’est la poudre au fond du verre à thé : un sentiment de malaise qu’on peut refaire infuser pour créer un nouveau thé… à partager sur un balcon. Parce que le partager c’est mieux, et qu’après on peut toujours le jeter par-dessus bord en riant comme des singes.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s