16 mai 2018

In pale moonlight
the wisteria’s scent
comes from far away.

 

(Buson)

 

***

 

Le parfum de la douleur vient de loin et me ramène doucement dans le repos. Je suis des yeux un couple de malards pendant une heure, sans me rendre compte avant de prendre la photo que j’ai peint mes ongles couleur Bosphore. En ce Ramadan qui commence, je peux moi aussi me trouver quelque chose à ne pas faire. Pour moi ce ne sera ni la boisson ni la fumée que j’arrêterai, mais la course d’un endroit à l’autre, avec la tension accordéon reliant le lobe frontal aux tibias.

De tous ces hommes au dos brisé que je rencontre, j’apprends le relâcher-prise, je désapprends la vitesse. J’apprends que la mer va et vient et que les canards tournent en rond, mais que je le sentirai seulement si je ne bouge pas d’une miette.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s