20 mai 2018

No one can build you the bridge on which you, and only you, must cross the river of life.

(Friedrich Nietzsche)

***

Il n’y a pas de pont vers les iles, adalar; pourtant, on peut traverser. Et si je choisissais de ne pas bâtir de pont mais de construire un bateau à la place? De choisir mes villes entourées d’eau, de monter plus haut pour mieux voir le chemin parcouru et à parcourir (vers une phrase, vers / quelque part / et ton coeur?

Ainsi je m’aperçois que les deux sentiers se croisent souvent ou montrent les mêmes paysages; que les gens reviennent me cueillir autant que je les accueille; et qu’il n’y a pas plus de chose à ressentir que ce que j’ai déjà senti, que l’éventail est complet peu importe s’il est ouvert ou fermé. Je ferme les yeux, je te regarde, et je traverse la rue comme une rivière.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s