21 mai 2018

And when I thought,
« Our love might end »
the sun
went right on shining

(James Schuyler, Daylight)

***

Ce qui a à briller reviendra toujours briller tant que sa belle flamme dorée, presque caramélisée, restera au coeur de la tasse. Les cartes disent que je suis dans l’aura de l’amour; je crois plutôt être dans celle de la céramique et de son frais parfum de yasemin, mais c’est peut-être du pareil au même.

En fait souvent je ne sais pas où je suis à part dans les detay : ma peau rougie badigeonnée de yogourt ou mes sandales coupantes. Coincée entre le verre du metrobüs et des nuques en mouvement, j’arrive néanmoins à voir quelque chose venir, estampé sur l’une d’elles – 来 -, et j’y ajoute le futur en retirant mes mains : 未。

Continuer d’avancer, les pieds bien plantés à trente centimètres du sol.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s