26 mai 2018

To tangle or untangle
a willow
it’s up to the wind

(Chiyo-ni)

***

Tout comme mon ventre : c’est le vent qui l’entortille, emmêlant du même coup le contrôle et le laisser-aller, la peur et le laisser-porter, la réflexion et le laisser-sentir. Le vent, lui, sait pourquoi – ou pas pourquoi – il le fait; je n’ai qu’à annuler le reste d’aujourd’hui et regarder le temps passer sur mes genoux.

Même dans le passage du temps, justement, il y a des degrés de compétence. Un examen comme intervalle entre deux textos. Un décalage horaire creusé puis effacé dans la même journée. Les cernes ouverts en deux jours, des baisers aussi longs que des cernes. La vitesse de l’éclair moins celle d’un festin à l’iftar.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s