30 mai 2018

The forces of nature, and sunrises and sunsets — they feel like me. The « out there » is my « in here ».

(Olivia Dresher)

***

Travailler sur le ciel comme le ciel travaille sur moi. C’est-à-dire dans un mouvement à la fois cyclique et réciproque, autant dans la rotation que dans la révolution. Choisir un espace entre deux étoiles et y plonger le regard, persuadée que la clé se révèlera après trente minutes d’exposition à l’obscurité.

Hier, j’ai hurlé à la nuit et elle m’a tenue occupée avec des rêves. Il y avait là des hivers où j’étais la bienvenue, des parasols de papier pour me protéger, des lunes de loyauté malgré la liberté. Il y avait là beaucoup de nous, au coeur du beaucoup de moi.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s