22 janvier 2018

Car il existe la trajectoire, et la trajectoire ce n’est pas seulement une façon d’aller. La trajectoire c’est nous-mêmes.

(Clarice Lispector)

***

J’ajoute une dernière journée à ma liste de dernières journées. Je commence à avoir le tour avec les départs; après tout ce ne sont que des élans donnés au point que je suis, afin que je reprenne conscience de ma nature de trajectoire.

Qu’est-ce qui me donne cet élan, est-ce que c’est la conviction que mon chemin prend la ligne d’une hypothénuse? que mes étoiles se sont disposées en triangle au creux de ma main? qu’il existe une raison de plus que deux yeux bleus pour aller s’abreuver au Bosphore?

Célébrons les raisons des battements de nos coeurs. Champagne!

6 octobre 2017

Car il existe la trajectoire, et la trajectoire ce n’est pas seulement une façon d’aller. La trajectoire c’est nous-mêmes.

(Clarice Lispector)

***

Dernière journée avant le départ; ces dernières journées se multiplient à mesure que de nouveaux chez-moi s’ajoutent à ma liste. Vivre chaque jour comme si c’était le dernier : c’est maintenant que je comprends – que ce jour n’est pas la fin d’une vie mais bien d’une série, que la trajectoire ramène autant qu’elle emmène, qu’on ne peut la connaitre d’avance autant qu’on ne peut pas nous connaitre nous-mêmes.

Il y a un peu moins d’un an, je lisais Clarice Lispector; c’est aujourd’hui que la trajectoire d’une coquerelle croise la mienne, au cinquième étage sur fond blanc. Le temps est peut-être cette série de barres de couleurs qu’on applique sur nos joues et qui traversent avec nous. À moins qu’il ne soit ces colonnes qui les soutiennent, droites et pleines.

21 aout 2017

Car il existe la trajectoire, et la trajectoire ce n’est pas seulement une façon d’aller. La trajectoire c’est nous-mêmes.

(Clarice Lispector)

 

***

 

Il y a de ces choses qu’on ne comprend, ou auxquelles on ne donne un sens, que rétrospectivement. Ce faisant, on découvre le bien-fondé profond de nos choix passés, et on se découvre en même temps comme possédant au milieu de soi cette douce rigueur de l’intuition.

Par exemple mon collier, acheté dans une friperie : un triangle argent s’emboite dans un carré noir, et chaque forme est suspendue à une demi-chaine de la même couleur qu’elle. Ainsi suis-je destinée aux allers simples; puis à l’accrochage quelque part, le temps de voir comment deux géométries différentes peuvent coexister. Mais the circle is not round : c’est un triangle, un carré… et des droites verticales sur lesquelles marcher.

17 juin 2017

Car il existe la trajectoire, et la trajectoire ce n’est pas seulement une façon d’aller. La trajectoire c’est nous-mêmes.

(Clarice Lispector)

 

***

 

Aller voir ailleurs si j’y suis : une activité quotidienne. Car si j’ai passé la nuit dans un avion pour me retrouver dans le même café italien de l’aéroport Atatürk que l’été dernier et que, oui, c’est en partie pour me retracer (les chemins, les contours) que je choisis la voie de l’habitude, je n’ai pas besoin du voyage pour aller vers moi-même. Chaque jour offre ses trajectoires : de ma vie à une fiction sur papier ou sur écran; de cette même fiction à ma vie, à celle de mes proches; du moi du passé au moi du futur, en s’arrêtant un bref instant (si possible) au moi du présent…

La trajectoire, c’est nous-mêmes. Avec le -s, pour toutes les fois où nous passons par les autres pour être nous.

Et pour être aussi les autres.