27 juin 2017

cueillir quinze constellations pour les thés d’hiver / cueillir six mois de conversations et moudre chaque jour en farine / mille moyens pour se garder lumineuses et terroristes au sein des villes

(toino dumas, animalumière)

 

***

 

Dormir dix heures bercée par les vapeurs de l’été. Cueillir les mirages sur l’asphalte, l’espièglerie des chatons errants, la bouteille d’eau sur le tepih, et en faire des rêves où les visages ne sont pas les mêmes que ceux du jour : les yeux écarquillés pour tout capter de la nuit, des reflets jaune orangé sur la peau, des constellations de cannelle sur les lèvres.

La nuit est gratuite, comme l’est la beauté. Mon terrorisme du jour? Saupoudrer de la lumière aux yeux du monde. Parce que même si le soleil fait fondre le bitume, nous, humain.e.s, ne sommes jamais assez liquides.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s