2 décembre 2017

We live in a society which sees high self-esteem as a proof of well-being, but we do not want to be intimate with this admirable and desirable person.

(Sara Maitland)

 

***

 

Je me réveille dans un tişört sur lequel il est écrit : Who’s next? La seule réponse qui monte est : les mêmes personnes qu’hier. Celle qui apprend tout en turc et celle qui lui apprend. Celles qui cousent leurs propres voyages comme des courtepointes et dont les fils touchent aux miens, souvent. Ces personnes, je les estime autant que des vues sur le Bosphore le soir, que des vapurlar qui naviguent hors de l’espace-temps, que des verres à thé entrechoqués de rires –

Je respire ces deux mots si près l’un de l’autre, chat et oiseau : intime, estime. Et je retourne au lit. İstanbul m’attend.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s