7 mars 2018

Crois-moi

Rien ne fait si mal qu’on pense

(Louis Aragon, Les Adieux)

***

Je me réveille libre, encore une fois. Ce sont les secondes suivantes qui me rattrapent avec leurs et si, leurs impressions de chute à travers le matelas, leur gueule fermée brochée et leurs lèvres écrasées. L’éveil a un gout de métal bien épais.

Pourtant il y a eu ces instants de grâce, ces vues symétriques découpées au losange – et je m’y raccroche. Même s’il faut que j’y passe la journée, je les retrouverai. Parce que quand je suis en quête, je ne suis pas dans ma douleur. Je te crois.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s